J’AI CHANTÉ OU J’AI CHANTER* ?

Trucs et astuces pour se souvenir quand mettre l’infinitif er ou le participe passé é

J'ai + participe passé
J’ai + participe passé

L’infinitif est le nom du verbe, le participe passé sert à conjuguer le verbe ou joue le rôle d’adjectif.

Pour éviter une coquille dans une phrase, on remplace le verbe qui se finit par le son é par un verbe qui se termine en ir (du 2ème ou 3ème groupe). Si le nouveau verbe est à l’infinitif (courir, finir), le verbe qui pose question est à l’infinitif, il se termine par er. Si le nouveau verbe n’est pas à l’infinitif (couru, fini), le verbe qui pose question est un participe passé, il se termine par é.

Mais encore ? Explication par l’exemple :

J'ai mangé
J’ai avalé un bon gâteau

J’ai mangé un excellent gâteau = j’ai englouti un succulent dessert au chocolat et non j’ai engloutir* un fabuleux cake. Il s’agit bien du participe passé, on écrit é.

Nous sommes heureux de vous rencontrer bientôt = nous sommes contents de vous voir prochainement. Il s’agit bien du verbe à l’infinitif,  on écrit er.

Il est parti ranger sa valise
Il est allé préparer sa valise

Il est allé préparer sa valise = il est parti faire sa valise.

Allé peut être remplacé par  parti : il s’agit du participe passé, on écrit  é.

Préparer peut être remplacer par faire  : il s’agit de l’infinitif, on écrit er.

Jouer de la guitare est stimulant
Jouer de la guitare est grisant

Jouer de la musique est bon pour le moral = faire d’un instrument met de bonne humeur.

Enchanté de sa randonnée
Enchanté de sa balade

Enchanté de sa balade en montagne, Luc prévoit une randonnée hebdomadaire = content de sa promenade, Luc projette de visiter toute la région à pieds.

Enchantés de leur balade
Enchantés de leur randonnée

Dans cette phrase, enchanté est employé comme un adjectif, il s’accorde donc en genre et en nombre avec l’objet ou la personne qu’il qualifie, ici Luc. Dans les phrases suivantes, enchantées correspond à filles, usées qualifie chaussures.

Enchantées de leur séjour, les filles sont prêtes à repartir en Normandie = satisfaites de leurs vacances, elles veulent revoir la Normandie.

Trop usées, les chaussures ne serviront plus. Trop vieilles, elles vont aller à la poubelle.

Pour la petite histoire :

Le nom infinitif  date de 1348, nom issu du latin Modus infinitivus, qui signifiait mode sans limite, sans fin car il représente le « mode impersonnel  du verbe qui exprime l’action ou l’état de façon abstraite et indéterminée », c’est-à-dire sans préciser ni qui ni quand. (Marcher, bondir, courir). https://www.cnrtl.fr/etymologie/infinitif

Le nom participe, passé ou présent,  date de 1265. Participe signifie partage. Le participe est la « forme modale du verbe qui participe de l’adjectif et du verbe », autrement dit qui peut être utilisée comme un adjectif ou conjuguée avec un auxiliaire (être ou avoir). (Marché-marchant / bondi-bondissant / couru-courant). https://www.cnrtl.fr/etymologie/participe

  • : ne s’écrit ni ne se dit.

ÊTRE ET AVOIR

Être et avoir

Quand écrire est – quand écrire et ?

Il est fréquent de voir écrit et à la place de est, parfois à la place de es et vice-versa. Il existe pourtant, là aussi, des trucs et astuces pour les différencier :

Es et est sont les conjugaisons du verbe être respectivement à la 2° et à la 3° personne du singulier du présent. Es comme est peuvent être remplacés par le verbe être conjugué à un autre temps (imparfait, futur…) :

être au présent de l'indicatif, 30 personne du singulier. Il est délicieux
Ce gâteau est délicieux

Ce gâteau sera délicieux, ce gâteau est excellent, ce gâteau était fabuleux.

Tu es gourmand aujourd’hui, tu étais gourmand hier, tu seras encore gourmand demain.

Je peux écrire à un autre temps. Il s’agit du verbe être, j’écris il est, tu es .

Et est une conjonction de coordination, c’est-à-dire un mot qui en lie deux autres, et peut être remplacé par et puis :

Et, conjonction de coordination,  Vous voulez du fromage et du dessert ?
Fromage et dessert

Je mangerais bien du fromage et du dessert. Je mangerais bien du fromage et puis du dessert.

Le chocolat et la menthe vont bien ensemble. Le chocolat et puis la menthe vont bien ensemble.

Je peux écrire et puis  : Il s’agit de la conjonction de coordination et, j’écris et

Être (il est) vs avoir (qu’il ait)

Une autre coquille qui se trouve régulièrement : l’inversion de est, conjugaison du verbe être à la 3° personne singulier du présent de l’indicatif (qui exprime ce qui existe) avec ait conjugaison du verbe avoir à la 3° personne du singulier du présent du subjonctif (qui exprime un souhait, un sentiment, une crainte, une hypothèse…)

être au présent, 3° personne du singulier, C'est un excellent cuisinier
C’est un excellent cuisinier

Nous trouvons que ce cuisinier est excellent ! Nous estimons que ce cuisinier était exceptionnel. Nous pensons que ce cuisinier sera merveilleux.

Dès qu’il est dans une cuisine, il regarde ce qu’il peut mitonner. Dès qu’il était dans une cuisine, il cherchait ce qu’il pouvait confectionner.

Je peux écrire à l’imparfait, au futur…Il s’agit du verbe être, j’écris est.

avoir au subjonctif présent, 3° personne du singulier, vivement qu'il ait des bons ustensiles
Vivement qu’il ait de bons ustensiles…

Il serait temps qu’il ait de bons ustensiles pour cuisiner.

Nous souhaitons que tu aies du travail chez un chef créatif.

Vous craignez que j’aie trop mangé.

Au présent, j’écris :  il a de bons ustensiles, tu as du travail, j’ai trop mangé » Il s’agit du verbe « avoir », j’écris qu’il ait, que tu aies, que j’ai.

Être allé vs Avoir été

Régulièrement se pose la question  « quel verbe utiliser » : être allé ? avoir été ? Comment ne plus faire l’erreur ? Il existe un moyen simple pour les différencier.

Être allé répond à la question : où ? Où êtes-vous allé hier soir ? Chez des amis, au cinéma, vous promener ?

Avoir été répond à la question : Comment c’était ? Ça c’est bien passé ? Ça vous a plu ?

Être allé et avoir été sont les formes d’aller et d’être au passé composé.

Le verbe aller exprime un mouvement, un déplacement. Au passé composé, on utilise aller avec l’auxiliaire être, on dira donc : être allé quelque part, être aller d’un lieu à un autre, etc.

Aller au passé composé : être allé, nous sommes allés à la plage.
Nous sommes allés au restaurant

Je ne suis pas allée au restaurant depuis plus de trois semaines.

Vous êtes allés vous promener en ville avant d’aller à la crêperie de vos cousins.

Ces phrases évoquent un mouvement, on utilise être allé

Le verbe être exprime un état de santé, d’humeur. Au passé composé, on utilise être avec l’auxiliaire avoir, on dira donc : avoir été joyeux, en forme, etc.

être au passé composé : avoir été, j'ai été contente de te voir
J’ai été contente

J’ai été contente de déguster ces nouveautés. Cette phrase évoque un état, ici l’humeur, on utilise avoir été,

Ma fille a été en forme tout l’hiver. Cette phrase évoque un état, ici la santé, on utilise avoir été

Être et avoir au présent de l’indicatif

ÊtreAvoir
Je suisJ’ai
Tu esTu as
Il/elle/on estIl/elle/on a
nous sommesNous avons
Vous êtesVous avez
Elles/ils sontElles/ils ont

Conjugaison : avoir au présente du subjonctif

Avoir au présent du subjonctif
Que j’aie
Que tu aies
Qu’il/qu’elle/qu’on ait
Que nous ayons
Que vous ayez
Qu’elles/qu’ils aient

Être allé vs Avoir été au passé composé

Être alléAvoir été
Je suis allé.eJ’ai été
Tu es allé.eTu as été
Il/on est allé / elle est alléeIl/elle/on a été
Nous sommes allé.e.sNous avons été
Vous êtes allé.e.sVous avez été
Elles sont allées / ils sont allésElles/ils ont été

ECRIRE SANS ERREUR « APPELER » ET « JETER »

TRUCS ET ASTUCES POUR ECRIRE « APPELER » ET « JETER » SANS ERREUR, deux verbes qui présentent régulièrement des difficultés

Comment savoir si ces verbes s’écrivent avec 1 ou 2 « P », 1 ou 2 « L », 1 ou 2 « T » ? Il existe un moyen mnémotechnique simple.

Mais encore ? Explication par l’exemple

Combien mettre de « P », de « L » à APPELER ?

Appeler ? Appeller ? J’appelle ? J’appèle ? 🤔

Appeler : toujours 2 « P »

« Je m’appelle John Caffey, comme le café, sauf que ça ne s’écrit pas pareil.  » La ligne verte, John Caffey
Je m’appelle : j’entends le son « è », je mets 2L

« Si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi, je vous dirai comment vous en passer. » Coluche
Appelez : j’entends le son « e », je mets 1L
J’appelle
Tu appelles
Il/elle/on appelles
Nous appelons
Vous appelez
Elles/ils appellent

Appeler et rappeler sont des exceptions. Les verbes en « eler » ne doublent pas leur consonne :
Je congèle du pain, tu pèles les pommes de terre.

Certains ne doublent plus leur consonne depuis la révision de l’orthographe de 1990 :
amonceler, chanceler, (dés)ensorceler, étinceler, ficeler, harceler, morceler, ruisseler s’écrivaient « elle » à la 3° personne du singulier s’écrivent maintenant « èle ». (il amoncèle, il chancèle…)

Attention : interpeller prend 2 « L » à l’infinitif et garde ses 2 « L » à toutes les conjugaisons

Combien mettre de « T » à JETER ?

Je jette ? je jete ? nous jettons ? nous jetons ? 🤔

Elle jette bien la confiture au cochon.
Elle jette : j’entends le son « è », je mets 2T

Nous ne jetons pas bébé avec l’eau du bain.
Nous jetons : j’entends le son « e », je mets 1T
Je jette
Tu jettes
Il/elle/on jette
Nous jetons
Vous jetez
Elles/ils jettent

Jeter et ses dérivés (projeter, déjeter, rejeter et interjeter) sont des exceptions. Les verbes en « eter »ne doublent pas leur consonne :
J’achète du pain, il furète partout dans la maison.

Certains ne doublent plus leur consonne depuis la révision de l’orthographe de 1990 : breveter, crocheter, décacheter, déchiqueter, empaqueter, feuilleter, moucheter, pailleter, parqueter, pelleter, piqueter, projeter, recacheter, tacheter…
Toutefois, l’orthographe d’avant la réforme est toujours possible.