J’AI CHANTÉ OU J’AI CHANTER* ?

Trucs et astuces pour se souvenir quand mettre l’infinitif er ou le participe passé é

J'ai + participe passé
J’ai + participe passé

L’infinitif est le nom du verbe, le participe passé sert à conjuguer le verbe ou joue le rôle d’adjectif.

Pour éviter une coquille dans une phrase, on remplace le verbe qui se finit par le son é par un verbe qui se termine en ir (du 2ème ou 3ème groupe). Si le nouveau verbe est à l’infinitif (courir, finir), le verbe qui pose question est à l’infinitif, il se termine par er. Si le nouveau verbe n’est pas à l’infinitif (couru, fini), le verbe qui pose question est un participe passé, il se termine par é.

Mais encore ? Explication par l’exemple :

J'ai mangé
J’ai avalé un bon gâteau

J’ai mangé un excellent gâteau = j’ai englouti un succulent dessert au chocolat et non j’ai engloutir* un fabuleux cake. Il s’agit bien du participe passé, on écrit é.

Nous sommes heureux de vous rencontrer bientôt = nous sommes contents de vous voir prochainement. Il s’agit bien du verbe à l’infinitif,  on écrit er.

Il est parti ranger sa valise
Il est allé préparer sa valise

Il est allé préparer sa valise = il est parti faire sa valise.

Allé peut être remplacé par  parti : il s’agit du participe passé, on écrit  é.

Préparer peut être remplacer par faire  : il s’agit de l’infinitif, on écrit er.

Jouer de la guitare est stimulant
Jouer de la guitare est grisant

Jouer de la musique est bon pour le moral = faire d’un instrument met de bonne humeur.

Enchanté de sa randonnée
Enchanté de sa balade

Enchanté de sa balade en montagne, Luc prévoit une randonnée hebdomadaire = content de sa promenade, Luc projette de visiter toute la région à pieds.

Enchantés de leur balade
Enchantés de leur randonnée

Dans cette phrase, enchanté est employé comme un adjectif, il s’accorde donc en genre et en nombre avec l’objet ou la personne qu’il qualifie, ici Luc. Dans les phrases suivantes, enchantées correspond à filles, usées qualifie chaussures.

Enchantées de leur séjour, les filles sont prêtes à repartir en Normandie = satisfaites de leurs vacances, elles veulent revoir la Normandie.

Trop usées, les chaussures ne serviront plus. Trop vieilles, elles vont aller à la poubelle.

Pour la petite histoire :

Le nom infinitif  date de 1348, nom issu du latin Modus infinitivus, qui signifiait mode sans limite, sans fin car il représente le « mode impersonnel  du verbe qui exprime l’action ou l’état de façon abstraite et indéterminée », c’est-à-dire sans préciser ni qui ni quand. (Marcher, bondir, courir). https://www.cnrtl.fr/etymologie/infinitif

Le nom participe, passé ou présent,  date de 1265. Participe signifie partage. Le participe est la « forme modale du verbe qui participe de l’adjectif et du verbe », autrement dit qui peut être utilisée comme un adjectif ou conjuguée avec un auxiliaire (être ou avoir). (Marché-marchant / bondi-bondissant / couru-courant). https://www.cnrtl.fr/etymologie/participe

  • : ne s’écrit ni ne se dit.

ECRIRE SANS ERREUR « APPELER » ET « JETER »

TRUCS ET ASTUCES POUR ECRIRE « APPELER » ET « JETER » SANS ERREUR, deux verbes qui présentent régulièrement des difficultés

Comment savoir si ces verbes s’écrivent avec 1 ou 2 « P », 1 ou 2 « L », 1 ou 2 « T » ? Il existe un moyen mnémotechnique simple.

Mais encore ? Explication par l’exemple

Combien mettre de « P », de « L » à APPELER ?

Appeler ? Appeller ? J’appelle ? J’appèle ? 🤔

Appeler : toujours 2 « P »

« Je m’appelle John Caffey, comme le café, sauf que ça ne s’écrit pas pareil.  » La ligne verte, John Caffey
Je m’appelle : j’entends le son « è », je mets 2L

« Si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi, je vous dirai comment vous en passer. » Coluche
Appelez : j’entends le son « e », je mets 1L
J’appelle
Tu appelles
Il/elle/on appelles
Nous appelons
Vous appelez
Elles/ils appellent

Appeler et rappeler sont des exceptions. Les verbes en « eler » ne doublent pas leur consonne :
Je congèle du pain, tu pèles les pommes de terre.

Certains ne doublent plus leur consonne depuis la révision de l’orthographe de 1990 :
amonceler, chanceler, (dés)ensorceler, étinceler, ficeler, harceler, morceler, ruisseler s’écrivaient « elle » à la 3° personne du singulier s’écrivent maintenant « èle ». (il amoncèle, il chancèle…)

Attention : interpeller prend 2 « L » à l’infinitif et garde ses 2 « L » à toutes les conjugaisons

Combien mettre de « T » à JETER ?

Je jette ? je jete ? nous jettons ? nous jetons ? 🤔

Elle jette bien la confiture au cochon.
Elle jette : j’entends le son « è », je mets 2T

Nous ne jetons pas bébé avec l’eau du bain.
Nous jetons : j’entends le son « e », je mets 1T
Je jette
Tu jettes
Il/elle/on jette
Nous jetons
Vous jetez
Elles/ils jettent

Jeter et ses dérivés (projeter, déjeter, rejeter et interjeter) sont des exceptions. Les verbes en « eter »ne doublent pas leur consonne :
J’achète du pain, il furète partout dans la maison.

Certains ne doublent plus leur consonne depuis la révision de l’orthographe de 1990 : breveter, crocheter, décacheter, déchiqueter, empaqueter, feuilleter, moucheter, pailleter, parqueter, pelleter, piqueter, projeter, recacheter, tacheter…
Toutefois, l’orthographe d’avant la réforme est toujours possible.

LE VERBE / LE NOM

Terminaison du verbe vs terminaison du nom

TRUCS ET ASTUCES POUR DIFFÉRENCIER UN VERBE D’UN NOM

Pour être sûr d’avoir affaire à un verbe, je mets la phrase à l’imparfait. Si c’est impossible, je suis face à un nom.

Mais encore ? Explication par l’exemple

Envoyer/un envoi

J’envoie un message d’encouragement à ma famille. / j’envoyais un message. Il s’agit bien du verbe « envoyer » qui se termine par « e » à la 1 ère personne du singulier.

L’envoi de courrier s’est fait par pigeon voyageur pendant des années. Impossible de mettre « l’envoi » à l’imparfait dans cette phrase. Il s’agit bien du nom, pas de  « e » final.

Appuyer/un appui

Mon fils appuie trop fort sur les touches de son clavier. / il appuyait trop fort. Il s’agit bien du verbe « appuyer » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

Grâce à l’appui de ses collègues, Marc a pu aller en formation. Impossible de mettre « l’appui » à l’imparfait dans cette phrase. Il s’agit bien du nom, pas de  « e » final.

Même règle pour employer/un emploi, oublier/un oubli, trier/un tri

  • Rappel de la conjugaison :
  • J’envoie
  • Tu envoies
  • Il/elle/on envoie
  • Nous envoyons
  • Vous envoyez
  • Elles/ils envoient

Travailler/un travail

L’équipe des caissières et caissiers du supermarché travaille à plein régime en période de crise sanitaire / l’équipe travaillait à plein régime. Il s’agit bien du verbe « travailler » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

Le télétravail est la solution pour de nombreuses personnes en cas de confinement. Impossible de mettre « télétravail » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « e » final.

Conseiller/un conseil

La professeure de yoga conseille aux participants de pratiquer chez eux tous les jours / elle conseillait. Il s’agit bien du verbe « conseiller » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

Les conseils donnés aux parents par ceux qui n’ont pas d’enfant sont fatigants à entendre. Impossible de mettre « conseils » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « e » final (mais bien un « s » puisque au pluriel).

Même règle pour désirer/un désir, détailler/un détail, filmer/un film, etc.

Diagnostiquer/un diagnostic

Le médecin diagnostique un rhume / il diagnostiquait un rhume. Il s’agit bien du verbe « diagnostiquer » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

Son diagnostic est rassurant. Impossible de mettre « diagnostic » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « que » final,mais, dans ce cas un « c »

Pronostiquer/pronostic

Le ministre pronostique une réelle baisse de l’économie / il pronostiquait une réelle baisse . Il s’agit bien du verbe « pronostiquer » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

Depuis quinze jours, nous entendons toutes sortes de pronostics. Impossible de mettre « pronostic » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « que » final mais un « c »

  • Rappel de la conjugaison des verbes du 1er groupe en « er » :
  • Je filme
  • Tu filmes
  • Il/elle/on filme
  • Nous filmons
  • Vous filmez
  • Elles/ils filment

Entretenir/un entretien

Il entretient d’excellentes relations avec ses collègues / il entretenait d’excellentes relations… Il s’agit bien du verbe « entretenir » qui prend un « t » à la 3° personne du singulier.

L’entretien d’une maison est chronophage. Impossible de mettre « entretien » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « t » final.

Soutenir/un soutien

Tous les soirs, elle soutient ceux qui travaillent en applaudissant avec ses voisins/ elle soutenait ceux qui… Il s’agit bien du verbe « soutenir » qui prend un « t » à la 3° personne du singulier.

Le soutien aux personnes fragiles est encore plus indispensable en période de crise. Impossible de mettre « soutien » à l’imparfait. Il s’agit bien du nom, pas de « t » final.

  • Rappel de la conjugaison de tenir et tous ses dérivés:
  • Je tiens
  • Tu tiens
  • Il/elle/on tient
  • Nous tenons
  • Vous tenez
  • Elles/ils tiennent