BONNE ANNÉE

Tous mes vœux pour 2021

Je vous souhaite du rire à tire-larigot

Je vous souhaite du travail suffisamment

Je vous souhaite des rencontres, amicales, familiales phénoménales

Je vous souhaite des balades, des sorties, du théâtre, des concerts inoubliables

Je vous souhaite de la santé tout autant que de la félicité

Je vous souhaite ces instants pétillants qui font le bonheur

Je vous souhaite d’être heureux, sincèrement.

Écrire des cartes de vœux, oui mais…

Comment se souhaiter le meilleur en essayant de changer de vocabulaire et sans tomber dans l’utopie ?

Même si un côté Bisounours peut avoir du bon cette année : nous en faisons (presque) tous l’expérience, le manque de contact humain devient pénible. N’hésitons pas à dire à nos proches, famille et amis, que nous les aimons, en balayant notre pudeur, notre timidité, notre « ils le savent bien ».

Une carte de vœux pour nous dire que nous pensons les uns aux autres, pour nous soutenir.

Souhaiter une bonne année à

  • notre famille
  • nos amis
  • nos collègues
  • nos partenaires.

Se souhaiter une bonne santé, physique, mentale, morale

Se souhaiter du travail, des rencontres, de la collaboration.

Quand c’est possible, personnalisons nos vœux.

Comment présenter nos vœux ?

sous forme :

  • d’acrostiche : le texte est écrit de telle sorte que la première lettre du premier mot de chaque ligne, lue de haut en bas, révèle le prénom de quelqu’un, un souhait…
  • de calligramme : le texte est écrit de façon à représenter une forme, un dessin…
  • de mots croisés/scrabble
  • de petite annonce
  • en n’utilisant que les lettres du prénom et du nom de la personne à laquelle nous nous adressons (dans ce cas, il vaut mieux écrire à Jean-Michel qu’à Léa).
  • en parodiant un proverbe
  • avec des titres de films, de musique…

Quelques idées…. :

Que la santé soit votre compagne,

Que la bonne humeur soit votre complice

Que le travail soit de vos partenaires

Que l’amitié soit votre alliée

Que la sérénité soit votre amie

Que 2021 de 2020 soit guérie

Festoyez, ripaillez, joviales bacchanales à vous !

Joyeux Noël : trop banal

Bonnes fêtes : trop vu

Meilleurs vœux : trop lu

Bonne santé : trop entendu

Vivez une année 2021 à la hauteur de vos espérances, avec un retour des rencontres réelles, de la prospérité au travail, des loisirs et de la culture sur le devant de la scène,  un moral à se remettre en selle.

Que 2021 vous apporte joie et sérénité.

Nous serons cette année encore à vos côté pour travailler de concert à une évolution/une progression/un maintien de vos services/activités.

Nous allierons écoute et vigilance pour continuer de vous accompagner durant les mois singuliers à venir.

Avec confiance dans vos/nos capacités à rebondir et à trouver l’énergie essentielle pour repartir sereinement.

Jouons encore

Ô compagnons zoomer, bientôt les

Yeux dans les yeux

Ébahis devant cette année qui finit

Unissons nos forces

Secouons-nous les méninges

Ensemble,

Soyons forts et prêts pour

Festoyer en 2021.

Espoir et confiance, nous la

Tournerons la page de ces mois à part.

Et nous savourerons avec délices le

Spécial instant de nos retrouvailles.

Année 2020, chagrin

Année post-déboire, espoir

Si vous voulez me contacter, vous abonnez à mon blog, c’est ici :

    J'accepte que mes données soient utilisées en accord avec les directives RGPD

    J’ai chanté ou j’ai chanter* ?

    Trucs et astuces pour se souvenir quand mettre l’infinitif er ou le participe passé é

    J'ai + participe passé
    J’ai + participe passé

    L’infinitif est le nom du verbe, le participe passé sert à conjuguer le verbe ou joue le rôle d’adjectif.

    Pour éviter une coquille dans une phrase, on remplace le verbe qui se finit par le son é par un verbe qui se termine en ir (du 2ème ou 3ème groupe). Si le nouveau verbe est à l’infinitif (courir, finir), le verbe qui pose question est à l’infinitif, il se termine par er. Si le nouveau verbe n’est pas à l’infinitif (couru, fini), le verbe qui pose question est un participe passé, il se termine par é.

    Mais encore ? Explication par l’exemple :

    J'ai mangé
    J’ai avalé un bon gâteau

    J’ai mangé un excellent gâteau = j’ai englouti un succulent dessert au chocolat et non j’ai engloutir* un fabuleux cake. Il s’agit bien du participe passé, on écrit é.

    Nous sommes heureux de vous rencontrer bientôt = nous sommes contents de vous voir prochainement. Il s’agit bien du verbe à l’infinitif,  on écrit er.

    Il est parti ranger sa valise
    Il est allé préparer sa valise

    Il est allé préparer sa valise = il est parti faire sa valise.

    Allé peut être remplacé par  parti : il s’agit du participe passé, on écrit  é.

    Préparer peut être remplacer par faire  : il s’agit de l’infinitif, on écrit er.

    Jouer de la guitare est stimulant
    Jouer de la guitare est grisant

    Jouer de la musique est bon pour le moral = faire d’un instrument met de bonne humeur.

    Enchanté de sa randonnée
    Enchanté de sa balade

    Enchanté de sa balade en montagne, Luc prévoit une randonnée hebdomadaire = content de sa promenade, Luc projette de visiter toute la région à pieds.

    Enchantés de leur balade
    Enchantés de leur randonnée

    Dans cette phrase, enchanté est employé comme un adjectif, il s’accorde donc en genre et en nombre avec l’objet ou la personne qu’il qualifie, ici Luc. Dans les phrases suivantes, enchantées correspond à filles, usées qualifie chaussures.

    Enchantées de leur séjour, les filles sont prêtes à repartir en Normandie = satisfaites de leurs vacances, elles veulent revoir la Normandie.

    Trop usées, les chaussures ne serviront plus. Trop vieilles, elles vont aller à la poubelle.

    Pour la petite histoire :

    Le nom infinitif  date de 1348, nom issu du latin Modus infinitivus, qui signifiait mode sans limite, sans fin car il représente le « mode impersonnel  du verbe qui exprime l’action ou l’état de façon abstraite et indéterminée », c’est-à-dire sans préciser ni qui ni quand. (Marcher, bondir, courir). https://www.cnrtl.fr/etymologie/infinitif

    Le nom participe, passé ou présent,  date de 1265. Participe signifie partage. Le participe est la « forme modale du verbe qui participe de l’adjectif et du verbe », autrement dit qui peut être utilisée comme un adjectif ou conjuguée avec un auxiliaire (être ou avoir). (Marché-marchant / bondi-bondissant / couru-courant). https://www.cnrtl.fr/etymologie/participe

    • : ne s’écrit ni ne se dit.

    Accord du verbe avec son sujet

    Comment bien accorder le verbe avec son sujet

    Une des erreurs fréquentes qui se rencontrent dans les écrits est le non accord du verbe avec son sujet.
    Il existe tant de formes de sujets possibles que la confusion peut être facile. Voici une liste de différents cas de sujets existants

    Mais encore ?
    Explication par l’exemple :

    Quand le sujet est

    La plupart

    La plupart de son temps est pour le sport

    Quand la plupart est suivi d’un nom, le verbe s’accorde avec le nom.
    La plupart de son temps est consacré au sport.
    La plupart de ses amis aiment ses propositions de sorties.

    La plupart ont dansé longtemps

    Quand la plupart est employé seul, le verbe se met au pluriel. La plupart ont dansé durant toute la soirée.

    Plus d’un

    Plus d’un skieur a des courbatures

    Plus d’un sujet est suivi d’un verbe au singulier. Plus d’un sportif a des courbatures après la première journée de ski.

    Le verbe se met au pluriel si, et seulement si :

    • La formule est répétée
    • Le verbe est un verbe pronominal réciproque (quand les êtres agissent les uns avec les autres)

    Plus d’un marcheur, plus d’un coureur rêvent d’une bonne douche en fin de parcours.
    Plus d’un motard se rencontrent lors de festivals : ils se rencontrent mutuellement.

    à noter : quand le sujet est moins de deux, le verbe se conjugue au pluriel. Moins de deux VTT ont été cassés durant cette course.

    Avec un sujet collectif
    une foule,
    une multitude,
    une bande…

    Le verbe peut être conjugué au singulier ou au pluriel, même si l’accord du verbe avec le complément est le plus fréquent.

    Une ribambelle d’enfants est venue à la piscine cet après-midi dans la joie et la bonne humeur.
    L’accent est mis sur le collectif : ribambelle

    une ribambelle d’enfants est venue en chantant
    Une foule de marathoniens s’élancent

    Une foule de marathoniens s’apprêtent à prendre le départ.
    L’accent est mis sur le complément : marathoniens

    la foule,
    cette multitude,
    cette équipe…

    Le verbe s’accorde avec le collectif si celui-ci est précédé d’un article défini (le, la, l’, les) ou d’un adjectif démonstratif (ce, cet, cette, ces).

    Cette équipe de basketteurs est exceptionnelle
    La suite d’échanges entre ces joueurs est fabuleuse !

    Cette équipe de handballeurs est vraiment excellente. Cette équipe-ci est très forte.
    La suite d’échanges entre ces joueurs de tennis est vraiment impressionnante. La suite d’échanges = une suite précise, celle que nous venons de voir ou dont nous parlons…
    Ces rangées de médailles prouvent son talent.

    En résumé : article + collectif + complément 

    Article indéfini
    un, une, des
    collectif + complémentAccord du verbe avec le collectif ou le complément
    Article défini
    Le, la, les, l’
    collectif + complémentAccord du verbe avec le collectif
    Adjectif démonstratif
    Ce, cet, cette, ces
    collectif + complémentAccord du verbe avec le collectif

    Qui…
    C’est moi qui ai
    C’est toi qui as

    Lorsque le sujet est le pronom relatif qui , le verbe s’accorde avec le terme représenté par ce pronom

    C’est vous qui avez le vertige

    1 – C’est toi qui es allé skier ce week-end, c’est moi qui ai des courbatures ! Qui représente toi : tu es allé skier . Qui représente moi : j’ai des courbatures.
    2 – C’est nous qui vous ferons visiter la région cette semaine. Qui représente nous : nous vous ferons visiter la région
    3 – Est-ce bien vous qui avez le vertige ? Qui représente vous : vous avez le vertige.
    4 – C’est elle qui a choisi la randonnée. Qui représente elle : elle a choisi la randonnée.
    5 – Ce sont eux qui ont préparé la tartiflette de fin de balade. Qui représente eux : ils ont préparé la tartiflette.

    Deux sujets liés par
    comme, ainsi que, et surtout…

    Le verbe se met au pluriel si les sujets liés par comme, ainsi que, et surtout… ne sont pas séparés par une virgule.

    Le skieur comme son entraîneur sont heureux de se retrouver pour cette saison.
    La randonnée aussi bien que le cyclisme permettent de découvrir de sites magnifiques.

    Les segments de phrases  » comme son entraîneurs  » et  » aussi bien que le cyclisme  » ne sont pas séparés du sujet et du verbe par des virgules, ils font donc partie intégrante du sujet, le verbe se met au pluriel.

    La randonnée comme le cyclisme permettent de superbes balades

    Le médecin, ainsi que le kiné, est un allié indispensable aux sportifs de haut niveau.
    Le vélo, aussi bien que la moto, est un sport plus souvent pratiqué aux beaux jours.

    Les segments de phrase  » ainsi que le kiné  » et  » aussi bien que la moto  » sont séparés du sujet et du verbe par des virgules, ils ne font pas partie intégrante du sujet, le verbe reste au singulier

    Le vélo, aussi bien que
    la moto, est un sport des beaux jours 😉

    Sujets synonymes en gradation

    Le verbe qui a pour sujet plusieurs synonymes s’accorde avec le dernier d’entre eux.
    Son enthousiasme, son énergie, sa détermination fait de lui un véritable champion.
    Sa bonne humeur, sa fidélité, sa gentillesse lui vaut encore une fois le prix de meilleur équipier.

    Son énergie, son enthousiasme, sa détermination fait d’elle une battante

    Sujets liés par ni ou par ou

    Ni Henri ni André ne sera goal

    Le verbe reste au singulier si un seul des deux sujets liés par ni peut faire l’action
    Ni Henri ni André ne sera goal lors du prochain match. Il n’y a qu’un goal.
    Cette association est bien embêtée : ni le président sortant ni son adjoint ne se représente en tête de liste. Il n’y a qu’une tête de liste.

    Ni l’idée de revoir ses coéquipiers, ni la possibilité d’une récompense ne l’ont motivé.

    Si les deux sujets liés par ni peuvent faire l’action, le verbe se met au pluriel
    Ni la perspective de revoir ses anciens coéquipiers ni la possibilité de gagner une nouvelle médaille ne l’ont motivé à se déplacer. (La perspective de revoir ses anciens coéquipiers et/ou la possibilité de gagner une nouvelle médaille auraient pu le motiver.)
    Ni la crainte des maladies ni la peur de l’avion ne l’ont fait renoncer à ce voyage. (La crainte des maladies et/ou la peur de l’avion auraient pu le faire renoncer.)

    L’un ou l’autre sera goal

    Le verbe reste au singulier si un seul des deux sujets (sujet au singulier) liés par ou peut faire l’action, dans ce cas ou peut être remplacé par ou bien
    Henri ou André sera goal lors du prochain match. Henri ou bien André sera goal.
    Le président sortant ou son adjoint sera élu lors de la prochaine assemblée générale.(Un seul des deux sera président.

    Revoir ses ex coéquipiers et/ou gagner une coupe l’ont motivé

    Si les deux sujets liés par ou peuvent faire l’action, le verbe se met au pluriel, dans ce cas ou peut être remplacé par et
    La perspective de revoir ses anciens coéquipiers ou la possibilité de gagner une nouvelle médaille l’ont motivé à se déplacer.
    La crainte des maladies ou la peur de l’avion l’ont fait renoncer à ce voyage.

    Être et avoir

    Être, avoir, et, comment ne plus les confondre

    Quand écrire est – quand écrire et ?

    Il est fréquent de voir écrit et à la place de est, parfois à la place de es et vice-versa. Il existe pourtant, là aussi, des trucs et astuces pour les différencier :

    Es et est sont les conjugaisons du verbe être respectivement à la 2° et à la 3° personne du singulier du présent. Es comme est peuvent être remplacés par le verbe être conjugué à un autre temps (imparfait, futur…) :

    être au présent de l'indicatif, 30 personne du singulier. Il est délicieux
    Ce gâteau est délicieux

    Ce gâteau sera délicieux, ce gâteau est excellent, ce gâteau était fabuleux.

    Tu es gourmand aujourd’hui, tu étais gourmand hier, tu seras encore gourmand demain.

    Je peux écrire à un autre temps. Il s’agit du verbe être, j’écris il est, tu es .

    Et est une conjonction de coordination, c’est-à-dire un mot qui en lie deux autres, et peut être remplacé par et puis :

    Et, conjonction de coordination,  Vous voulez du fromage et du dessert ?
    Fromage et dessert

    Je mangerais bien du fromage et du dessert. Je mangerais bien du fromage et puis du dessert.

    Le chocolat et la menthe vont bien ensemble. Le chocolat et puis la menthe vont bien ensemble.

    Je peux écrire et puis  : Il s’agit de la conjonction de coordination et, j’écris et

    Être (il est) vs avoir (qu’il ait)

    Une autre coquille qui se trouve régulièrement : l’inversion de est, conjugaison du verbe être à la 3° personne singulier du présent de l’indicatif (qui exprime ce qui existe) avec ait conjugaison du verbe avoir à la 3° personne du singulier du présent du subjonctif (qui exprime un souhait, un sentiment, une crainte, une hypothèse…)

    être au présent, 3° personne du singulier, C'est un excellent cuisinier
    C’est un excellent cuisinier

    Nous trouvons que ce cuisinier est excellent ! Nous estimons que ce cuisinier était exceptionnel. Nous pensons que ce cuisinier sera merveilleux.

    Dès qu’il est dans une cuisine, il regarde ce qu’il peut mitonner. Dès qu’il était dans une cuisine, il cherchait ce qu’il pouvait confectionner.

    Je peux écrire à l’imparfait, au futur…Il s’agit du verbe être, j’écris est.

    avoir au subjonctif présent, 3° personne du singulier, vivement qu'il ait des bons ustensiles
    Vivement qu’il ait de bons ustensiles…

    Il serait temps qu’il ait de bons ustensiles pour cuisiner.

    Nous souhaitons que tu aies du travail chez un chef créatif.

    Vous craignez que j’aie trop mangé.

    Au présent, j’écris :  il a de bons ustensiles, tu as du travail, j’ai trop mangé » Il s’agit du verbe « avoir », j’écris qu’il ait, que tu aies, que j’ai.

    Être allé vs Avoir été

    Régulièrement se pose la question  « quel verbe utiliser » : être allé ? avoir été ? Comment ne plus faire l’erreur ? Il existe un moyen simple pour les différencier.

    Être allé répond à la question : où ? Où êtes-vous allé hier soir ? Chez des amis, au cinéma, vous promener ?

    Avoir été répond à la question : Comment c’était ? Ça c’est bien passé ? Ça vous a plu ?

    Être allé et avoir été sont les formes d’aller et d’être au passé composé.

    Le verbe aller exprime un mouvement, un déplacement. Au passé composé, on utilise aller avec l’auxiliaire être, on dira donc : être allé quelque part, être aller d’un lieu à un autre, etc.

    Aller au passé composé : être allé, nous sommes allés à la plage.
    Nous sommes allés au restaurant

    Je ne suis pas allée au restaurant depuis plus de trois semaines.

    Vous êtes allés vous promener en ville avant d’aller à la crêperie de vos cousins.

    Ces phrases évoquent un mouvement, on utilise être allé

    Le verbe être exprime un état de santé, d’humeur. Au passé composé, on utilise être avec l’auxiliaire avoir, on dira donc : avoir été joyeux, en forme, etc.

    être au passé composé : avoir été, j'ai été contente de te voir
    J’ai été contente

    J’ai été contente de déguster ces nouveautés. Cette phrase évoque un état, ici l’humeur, on utilise avoir été,

    Ma fille a été en forme tout l’hiver. Cette phrase évoque un état, ici la santé, on utilise avoir été

    Être et avoir au présent de l’indicatif

    ÊtreAvoir
    Je suisJ’ai
    Tu esTu as
    Il/elle/on estIl/elle/on a
    nous sommesNous avons
    Vous êtesVous avez
    Elles/ils sontElles/ils ont

    Conjugaison : avoir au présente du subjonctif

    Avoir au présent du subjonctif
    Que j’aie
    Que tu aies
    Qu’il/qu’elle/qu’on ait
    Que nous ayons
    Que vous ayez
    Qu’elles/qu’ils aient

    Être allé vs Avoir été au passé composé

    Être alléAvoir été
    Je suis allé.eJ’ai été
    Tu es allé.eTu as été
    Il/on est allé / elle est alléeIl/elle/on a été
    Nous sommes allé.e.sNous avons été
    Vous êtes allé.e.sVous avez été
    Elles sont allées / ils sont allésElles/ils ont été

    Écrire sans erreur ‘appeler’ et ‘jeter’

    TRUCS ET ASTUCES POUR ECRIRE « APPELER » ET « JETER » SANS ERREUR, deux verbes qui présentent régulièrement des difficultés

    Comment savoir si ces verbes s’écrivent avec 1 ou 2 « P », 1 ou 2 « L », 1 ou 2 « T » ? Il existe un moyen mnémotechnique simple.

    Mais encore ? Explication par l’exemple

    Combien mettre de « P », de « L » à APPELER ?

    Appeler ? Appeller ? J’appelle ? J’appèle ? 🤔

    Appeler : toujours 2 « P »

    « Je m’appelle John Caffey, comme le café, sauf que ça ne s’écrit pas pareil.  » La ligne verte, John Caffey
    Je m’appelle : j’entends le son « è », je mets 2L

    « Si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi, je vous dirai comment vous en passer. » Coluche
    Appelez : j’entends le son « e », je mets 1L
    J’appelle
    Tu appelles
    Il/elle/on appelles
    Nous appelons
    Vous appelez
    Elles/ils appellent

    Appeler et rappeler sont des exceptions. Les verbes en « eler » ne doublent pas leur consonne :
    Je congèle du pain, tu pèles les pommes de terre.

    Certains ne doublent plus leur consonne depuis la révision de l’orthographe de 1990 :
    amonceler, chanceler, (dés)ensorceler, étinceler, ficeler, harceler, morceler, ruisseler s’écrivaient « elle » à la 3° personne du singulier s’écrivent maintenant « èle ». (il amoncèle, il chancèle…)

    Attention : interpeller prend 2 « L » à l’infinitif et garde ses 2 « L » à toutes les conjugaisons

    Combien mettre de « T » à JETER ?

    Je jette ? je jete ? nous jettons ? nous jetons ? 🤔

    Elle jette bien la confiture au cochon.
    Elle jette : j’entends le son « è », je mets 2T

    Nous ne jetons pas bébé avec l’eau du bain.
    Nous jetons : j’entends le son « e », je mets 1T
    Je jette
    Tu jettes
    Il/elle/on jette
    Nous jetons
    Vous jetez
    Elles/ils jettent

    Jeter et ses dérivés (projeter, déjeter, rejeter et interjeter) sont des exceptions. Les verbes en « eter »ne doublent pas leur consonne :
    J’achète du pain, il furète partout dans la maison.

    Certains ne doublent plus leur consonne depuis la révision de l’orthographe de 1990 : breveter, crocheter, décacheter, déchiqueter, empaqueter, feuilleter, moucheter, pailleter, parqueter, pelleter, piqueter, projeter, recacheter, tacheter…
    Toutefois, l’orthographe d’avant la réforme est toujours possible.

    Terminaison du verbe/terminaison du nom

    TRUCS ET ASTUCES POUR DIFFÉRENCIER UN VERBE D’UN NOM

    Pour être sûr d’avoir affaire à un verbe, je mets la phrase à l’imparfait. Si c’est impossible, je suis face à un nom.

    Mais encore ? Explication par l’exemple

    Envoyer/un envoi

    J’envoie un message d’encouragement à ma famille. / j’envoyais un message. Il s’agit bien du verbe « envoyer » qui se termine par « e » à la 1 ère personne du singulier.

    L’envoi de courrier s’est fait par pigeon voyageur pendant des années. Impossible de mettre « l’envoi » à l’imparfait dans cette phrase. Il s’agit bien du nom, pas de  « e » final.

    Appuyer/un appui

    Mon fils appuie trop fort sur les touches de son clavier. / il appuyait trop fort. Il s’agit bien du verbe « appuyer » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

    Grâce à l’appui de ses collègues, Marc a pu aller en formation. Impossible de mettre « l’appui » à l’imparfait dans cette phrase. Il s’agit bien du nom, pas de  « e » final.

    Même règle pour employer/un emploi, oublier/un oubli, trier/un tri

    • Rappel de la conjugaison :
    • J’envoie
    • Tu envoies
    • Il/elle/on envoie
    • Nous envoyons
    • Vous envoyez
    • Elles/ils envoient

    Travailler/un travail

    L’équipe des caissières et caissiers du supermarché travaille à plein régime en période de crise sanitaire / l’équipe travaillait à plein régime. Il s’agit bien du verbe « travailler » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

    Le télétravail est la solution pour de nombreuses personnes en cas de confinement. Impossible de mettre « télétravail » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « e » final.

    Conseiller/un conseil

    La professeure de yoga conseille aux participants de pratiquer chez eux tous les jours / elle conseillait. Il s’agit bien du verbe « conseiller » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

    Les conseils donnés aux parents par ceux qui n’ont pas d’enfant sont fatigants à entendre. Impossible de mettre « conseils » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « e » final (mais bien un « s » puisque au pluriel).

    Même règle pour désirer/un désir, détailler/un détail, filmer/un film, etc.

    Diagnostiquer/un diagnostic

    Le médecin diagnostique un rhume / il diagnostiquait un rhume. Il s’agit bien du verbe « diagnostiquer » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

    Son diagnostic est rassurant. Impossible de mettre « diagnostic » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « que » final,mais, dans ce cas un « c »

    Pronostiquer/pronostic

    Le ministre pronostique une réelle baisse de l’économie / il pronostiquait une réelle baisse . Il s’agit bien du verbe « pronostiquer » qui se termine par « e » à la 3° personne du singulier.

    Depuis quinze jours, nous entendons toutes sortes de pronostics. Impossible de mettre « pronostic » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « que » final mais un « c »

    • Rappel de la conjugaison des verbes du 1er groupe en « er » :
    • Je filme
    • Tu filmes
    • Il/elle/on filme
    • Nous filmons
    • Vous filmez
    • Elles/ils filment

    Entretenir/un entretien

    Il entretient d’excellentes relations avec ses collègues / il entretenait d’excellentes relations… Il s’agit bien du verbe « entretenir » qui prend un « t » à la 3° personne du singulier.

    L’entretien d’une maison est chronophage. Impossible de mettre « entretien » à l’imparfait dans cette phrase, il s’agit bien du nom, pas de « t » final.

    Soutenir/un soutien

    Tous les soirs, elle soutient ceux qui travaillent en applaudissant avec ses voisins/ elle soutenait ceux qui… Il s’agit bien du verbe « soutenir » qui prend un « t » à la 3° personne du singulier.

    Le soutien aux personnes fragiles est encore plus indispensable en période de crise. Impossible de mettre « soutien » à l’imparfait. Il s’agit bien du nom, pas de « t » final.

    • Rappel de la conjugaison de tenir et tous ses dérivés:
    • Je tiens
    • Tu tiens
    • Il/elle/on tient
    • Nous tenons
    • Vous tenez
    • Elles/ils tiennent

    Événement : libèr-T mots, laisse parler ton imagination !

    Nous jouerons avec les mots, plus tard… un jour, ou un soir

    par Encre-Nous et Toucher l’Essentiel https://toucherlessentiel.com/

    Comme beaucoup d’autres, cet événement a été annulé faute de coronavirus et de confinement. Il sera reprogrammé quand ça ira mieux, que nous pourrons à nouveau sortir et nous rencontrer.

    En attendant, nous pouvons jouer avec les mots chacun de notre côté puis les partager, via Facebook, Messenger, Instagram, téléphone… Heureusement, les moyens de communication sont nombreux pour nous permettre de rester en contact.

    Atelier soyons créatifs, jouons avec les mots, laissons courir la plume, écrivons des textes, poèmes haïkus, que sais-je ?

    Osons donner libre cours à notre inventivité : que s’envolent nos mots, nos paroles pour venir se poser joyeusement, délicatement sur nos feuilles de papier ; du bout de nos stylos aventurons-nous au si vaste pays des mots et de la création.

    A mon âge le stress est mauvais, les angoisses sont inutiles et les regrets sont nocifs. Il ne me reste qu’à profiter de la vie, telle qu’elle est.

    Sur inscription par mail, limité à 6 places

    10 euros/personne

    Évènement

    Le retour de la dictée d’autrefois, de nouveaux trucs et astuces pour améliorer notre rédaction, c’est Jeudi 12 mars à 18 h 30

    Au Check-in Coworking, AixRiviera,

    De la dictée d’autrefois au mail d’aujourd’hui

    Jeudi 9 janvier, huit personnes ont fait chauffer leurs neurones en se rappelant certaines règles de grammaire dans la bonne humeur, sachant que :

    1. le français est complexe,
    2. bonne nouvelle, le droit à l’erreur existe,
    3. pas de risque d’ennui, il reste de quoi réviser.

    Cette séance a eu lieu au Check-in Coworking AixRiviera de 18 h 30 à 20 h 00.

    Les participants ont tellement aimé ce jeu qu’ils en redemandent ; la prochaine heure et demie de remue-méninges est donc d’ores et déjà en construction…

    …à bientôt, donc.

    Évènement

    9 janvier : atelier revoyons les règles de grammaire pour éviter les erreurs dans nos écrits

    Au Check-in Coworking AixRiviera, Aix-les-Bains

    Comment repérer ces règles que nous avons oublié…oubliés… oubliées… oublier… Participe passé ou infinitif, accord, non-accord, Complément d’Objet Direct, Complément d’Objet Indirect, etc.

    Ensemble, jouons à retrouver les règles de bases de la langue écrite pour ne plus faire d’erreurs dans nos mails, courriers, etc.

    Pour vous inscrire : http://www.lecheck-in.fr/evenement/de-la-dictee-dautrefois-au-mail-daujourdhui-venez-tester-votre-orthographe-et-reviser-les-regles-de-grammaire/

    ou par mail : contact@encrenous.fr

    à très bientôt